Tagore

La communion profonde avec toute la vie, que Tagore a ressentie en lui, accompagna ses pensées, ses actions, ses convictions. Il fut un véritable maitre en Atma yoga. Dans ses réminiscences, il décrit une expérience de grâce reçue un beau jour à Calcutta en voyant la vie couler autour de lui, bruyante, chaleureuse et palpitante. Pour Tagore, l'humanité toute entière est un seul Être, dont chacun sent en lui l'Unité. Au dessus de l'homme individuel, il voit toujours présent le grand être: Dieu
Cette sensation du lien profond avec son entourage le dotait d'une capacité aiguë d'observation, de participation, de partage. Voici un extrait de son œuvre , intitulé Personnalité:
Dès l'aube de notre histoire, les poètes et les artistes ont glissé les couleurs et la musique de leurs âmes dans le cadre de l'existence. Et par elle, j'appris avec certitude que la terre et le ciel sont tissés avec les fibres de l'esprit de l'homme qui est en même temps l'esprit universel. Si ce n'était pas vrai, alors la poésie serait trompeuse et la musique une illusion, et le monde muet ferait rentrer le cœur de l'homme dans un silence absolu. Le Grand Maître joue, le souffle lui appartient, mais l'instrument est notre esprit au moyen duquel il fait jaillir des chants de sa création; c'est pour cela que j'ai su que je ne suis pas un simple étranger se reposant dans l'auberge de cette terre sur le chemin de mon parcours de l'existence, mais que je vis dans un monde dont la vie est liée à la mienne.

***

J'ai chéri ce monde
Et l'ai entouré comme une vrille végétale avec chaque fibre de mon être !
La lumière et la ténèbre de la lune mêlée au soir
Ont flotté parmi ma conscience, en elle se sont fondues,
Tant qu'à la fin ma vie et l'univers
Sont un !
J'aime la lumière du monde, j'aime la vie en elle-même.


Pourtant ce n'est pas une moindre vérité que je dois mourir.
Mes mots, ils cesseront un jour de fleurir parmi l'espace ;
Mes yeux, jamais ils ne pourront plus se livrer à la lumière ;
Mes oreilles s'entendront plus les messages mystérieux de la nuit,
Et mon cœur
Il ne viendra plus en hâte au fougueux appel du soleil levant !
Il faudra que je prenne fin
Avec mon dernier regard,
Avec ma dernière parole !


Ainsi le désir de vivre est une grande vérité,
Et l'adieu absolu, une autre grande vérité.
Pourtant doit se produire entre eux une harmonie !
Sinon la création
N'aurait pu supporter si longtemps souriante
L'énormité de la fraude !
Sinon la lumière aurait déjà noirci, comme la fleur dévorée par le ver !

 

***

Le même fleuve de vie

Qui court à travers mes veines nuit et jour

Court à travers le monde

Et danse en pulsations rythmées.

C'est cette même vie qui pousse à travers

La poudre de la terre sa joie

En innombrables brins d'herbe,

Et éclate en fougeuses vagues de feuilles et de fleurs..

C'est cette même vie que balancent flux et reflux

Dans l'océan-berceau de la naissance et de la mort.

Je sens mes membres glorifiés au toucher de cette vie universelle.

Et je m'enorgueillis,

Car le grand battement de la vie des âges

C'est dans mon sang qu'il danse en ce moment.

Rédigé par Patrick

Repost 0